Choisir un four pour la poterie

Guide d’achat du four pour la céramique

Le four est au centre de la poterie, c’est un élément majeur de l’atelier du céramiste. Choisir son four est une question fondamentale qui mérite qu’on y réfléchisse. Plusieurs éléments sont à prendre en considération :

  • La température qui dépend principalement du type de céramique que vous pratiquez (décor sur porcelaine, verre, faïence, grès ou porcelaine) ;
  • Le volume qui sera fonction de la taille des pièces que vous souhaitez réaliser ;
  • L’atmosphère de cuisson (oxydante ou réductrice) ;
  • L’énergie que vous pouvez ou souhaitez utiliser (bois, charbon, électricité, fuel ou gaz) ;
  • Le type du four vertical ou frontal ;
  • Le budget dont vous disposez ;
  • Le local.

Il n’existe pas de four universel qui vous permette de tout faire ! Il faut réduire son champ d’activité pour réussir. Mais sachez qu’un bon four, s’il est bien entretenu, se revends correctement.

La température

Il y a deux grandes familles de fours : les fours basse température qui vont jusqu’à 1200°C environ et les fours haute température qui vont jusqu’à plus de 1300°C. Les seconds sont nécessaires si vous faites des terres vitrifiées comme la porcelaine ou le grès. Les autres (fours basse température) sont suffisants pour la peinture sur porcelaine, le verre,  la faïence ou le raku.

Un élément important à savoir, un four est conçu pour être homogène en température dans une gamme de température. Autrement dit, si vous faites de la faïence et que vous prenez un four haute température, vous rencontrerez certainement des difficultés lors de l’émaillage de vos pièces.

Le volume

Principalement, le volume du four est conditionné par la taille de la plus grosse pièce que vous souhaitez réaliser. Mais également par la quantité de pièces que vous voulez produire.

L’atmosphère

Les pièces peuvent être cuite dans une atmosphère oxydante, c’est-à-dire en présence d’oxygène ou bien en atmosphère réductrice autrement dit sans oxygène. La cuisson réductrice est difficile à réalisée dans un four électrique. Dans le cas ou vous souhaitez cuire en réduction, il vous faudra donc vous orienter vers un four à gaz.

L’énergie

La plupart des fours, aujourd’hui, sont électriques. C’est facile, pratique et flexible. En effet, vous appuyez sur le bouton puis vous pouvez aller vous coucher … et revenir le lendemain pour défourner. La cuisson au bois est, de loin, la plus laborieuse, mais elle est pleine de surprises que les amateurs ne manquent pas d’apprécier.

Le type

Le four frontal s’ouvre et se charge comme votre réfrigérateur 😉

Four frontal Enitherm DP 46
Four frontal Enitherm DP 46

Le four vertical se charge par le dessus et se présente la plupart du temps comme un puits. L’avantage majeur des fours verticaux réside dans le fait que l’on voit les pièces lorsqu’on les dispose dans le four. Et c’est très pratique surtout pour éviter que les pièces émaillées ne se collent entre elles.

Fours verticaux Rohde
Fours verticaux Rohde

Le budget

C’est souvent un élément déterminant dans le choix. À savoir, un four vertical coute souvent moins cher qu’un four frontal … Mais un four frontal est normalement plus robuste et durera plus longtemps (pour peu que vous soyez soigneux).

Le local

Pensez également aux contraintes imposées par le local dans lequel vous allez installer votre four.

  • Un « détail » qui a sont importance, la largeur maximum de l’entrée dans votre local ;
  • Les aérations de votre local surtout si vous souhaitez installer un four à gaz ;
  • La puissance du compteur électrique ainsi que son type (monophasé ou triphasé).